Depuis quelques années, l’intelligence artificielle s’est installée dans notre quotidien. Elle a aussi changé notre façon de travailler. C’est notamment le cas pour le métier de recruteur qui a connu une forte évolution ces dernières années.

L'intelligence artificielle ou IA (Artificial Intelligence -AI- en anglais) vise à permettre à des machines, et plus particulièrement à des systèmes informatiques, de simuler les processus cognitifs humains.
Si elle apporte un vrai soutien aux recruteurs dans l’exercice de leur métier, l’IA reste un support. Et ne remplace pas le jugement “humain” du recruteur.

Pour les recruteurs, l’intelligence artificielle facilite la sélection des candidats grâce à des algorithmes, pour qu’ils ne rencontrent que les candidats qui correspondent le plus aux attentes de l’entreprise. Pour les candidats, cela implique de changer sa façon de postuler pour un travail car leur CV doit utiliser les intitulés classique des potes afin de matcher au mieux avec l’algorithme.

télécharger la trame d'entretien d'embauche

Pour les chargés de recrutement, l’intelligence artificielle est un bon coup de pouce, en effet, elle facilite dans un premier temps le sourcing.

Identifier et présélectionner les candidats prend du temps et est une tâche rébarbative, au bout de plusieurs heures il n’est plus aussi efficace.

Afin de gagner du temps, le recruteur peut faire un premier tri des CV grâce à un algorithme qui va sélectionner les CV qui se rapprochent le plus de l’offre proposée. Concrètement, celui ci identifie puis analyse des milliers de CV contenus dans des bases de données et sélectionne ensuite les plus intéressants;

Par exemple : le profil recherché est un commercial itinérant, ayant un master 2 école de commerce, l’algorithme va être capable de détecter sur les CVs de la base de données tous ceux ayant ces caractéristiques.

l’IA aide à Identifier les talents en adéquation avec le poste et l’entreprise

Il est parfois compliqué, voire impossible, pour un recruteur, qui reçoit un grand nombre de CV, de tous les trier à la main. Dans ces cas-là, l’automatisation peut devenir une solution pratique et plus productive

D’ailleurs, selon une étude de la Harvard Business Review, un recruteur qui suit un algorithme, plutôt que son instinct, pour recruter augmenterait de 25% ses chances de choisir le bon candidat. En effet, si l’algorithme est configuré de manière juste et fiable, il évite les biais de recrutement.Les biais cognitif existent chez les recruteurs, ils peuvent être de plusieurs nature, l’Intelligence artificielle permet de filtrer les candidatures de manière neutre.

L’intelligence artificielle à aussi certaines limites comme par exemple le biais des données.


Prenons l’exemple d’Amazon :

Le modèle informatique utilisé par Amazon s’appuyait sur les CV reçus par le groupe sur une période de dix ans, qui étaient pour la plupart ceux des hommes, reflet de la prédominance masculine dans le secteur des nouvelles technologies. En étudiant ces CV, le système en est venu à déduire que les candidats masculins pour ces postes étaient préférables, ce qui l’amenait à rejeter les candidatures où figurait une référence aux « femmes »

Cet échec témoigne des limites de l’apprentissage automatique, tributaire de biais humains (pensée, codage) et de données. C’est aussi une mise en garde. Afin d’affiner les techniques de recrutement (classement, sélection).

En définitif, l’intelligence artificielle à certains avantages, qui permettent aux recruteurs d'être plus efficace, mais présente aussi certaines limites.

Les développeurs web de ces applications doivent encore travailler sur la précision et la prise en compte de certaines informations pour que celles ci ne soient pas biaisées.

Recruter maintenant avec Bruce

    Partager cet article :

Comments