La génération qui entre sur le marché du travail est la plus sensibilisée à la question environnementale que nous ayons connue. Aujourd’hui, les enquêtes d’insertion professionnelle révèlent que l’importance accordée à cet enjeu par les entreprises est un critère dans le choix des candidats lorsqu’ils postulent. Ainsi les entreprises s’adaptent progressivement à ces nouvelles exigences de leurs futurs collaborateurs. 

 

L’écologie au travail : aujourd’hui, où en est-on ?

Les entreprises et leurs cadres se penchent de plus en plus sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et plus précisément sur leur impact écologique. La question se pose tant sur le secteur et l’impact de l’activité de l’entreprise, que sur son fonctionnement interne et la sensibilisation de ses employés : aujourd’hui 49% des cadres reconnaissent que leur employeur a mis en place des mesures pour limiter l’empreinte écologique de l’entreprise.

Si la situation s’est améliorée au cours des dernières années concernant cette sensibilisation et la mise en place de mesures concrètes, peu de structures se fixent aujourd’hui des objectifs assez ambitieux, voire satisfaisants. Ce n’est pas un hasard si 80% des cadres considèrent que leur entreprise reste trop timide dans ses démarches écologiques (enquête de Cadreemploi sur “les cadres et l’écologie” présentée en octobre 2019).

On observe surtout aujourd'hui les jeunes entreprises s'approprier ces sujets : "Les startups inspirent par leur créativité et leur efficacité dans l'exécution de processus opérationnels et/ou technologiques. Nul doute qu'elles seront en mesure d'insuffler la ligne de conduite à adopter pour embellir le monde de demain vers un avenir plus serein et respectueux de l'environnement," témoigne Julien Blanchard, Consultant Interne de notre équipe.

 

Nos 20 conseils pour être plus écolo au bureau :

Limiter le gaspillage : 4 habitudes indispensables

  1. Trier ses déchets : pourquoi ne pas mettre en place un petit système de tri dans les salles communes ? 
  2. Utiliser des papiers déjà utilisés pour écrire au brouillon.
  3. Privilégier les bons gestes à l’imprimante : on imprime en recto-verso en noir et blanc, on active le mode éco si disponible, et pour les plus déterminés : il existe des polices de caractères spécialement conçues pour être économes en encre ! Vous pouvez en télécharger sur internet.
  4. Tester les applications anti-gaspillage pour vos repas : Too Good To Go, Zéro gâchis et bien d’autres vous permettront de limiter les aliments jetés. 

 

Pour éviter les déchets plastiques : 4 gestes au bureau comme à la maison

  1. Utiliser des tasses et des gourdes. Pourquoi ne pas encourager votre employeur à fournir de la vaisselle corporate aux employés pour adopter des habitudes collectives ?
  2. Amener son repas ou son tupperware au bureau pour éviter les achats en supermarché ou la restauration rapide polluante (idéal pour réaliser quelques économies bienvenues). 
  3. Apporter ses couverts pour éviter le plastique à usage unique.
  4. Partager ses courses avec ses collègues : pour limiter le gaspillage, pourquoi ne pas vous faire des salades à plusieurs le midi ?

 

Pollution digitale : 5 réflexes pour avancer vers la sobriété numérique 

  1. Éviter de sauvegarder des fichiers inutiles pour ne pas saturer les serveurs et économiser de l’électricité. 
  2. Ne pas regarder des vidéos Youtube au travail et limiter le streaming.
  3. Privilégier les connexions wifi à la 4G qui est en moyenne 6 fois plus polluante.
  4. Nettoyer sa boîte mail et supprimer ses vieux messages.
  5. Nettoyer ses bases de données.

 

Économie d’énergie : nos 7 conseils pour consommer moins et briller plus !

  1. Avoir recours aux outils de travail collaboratifs : éviter les gros déplacements dans d’autres villes pour participer à des réunions en présentiel et privilégier la visioconférence.
  2. Éteindre les multiprises.
  3. Eteindre la lumière.
  4. Eteindre le chauffage.
  5. Ne pas laisser ses appareils charger inutilement.
  6. Prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur.
  7. Venir au travail à pied, en vélo ou en transport en commun.

 

Sensibiliser ses collaborateurs : devenez acteur du changement

Le plus important pour être écolo dans sa vie professionnelle, c’est de partager ses engagements personnels ! Comme l'évoque Julián : "En tant qu'amoureux de la nature, je tâche de montrer l'exemple au quotidien non pas pour imposer ou dicter mes règles mais pour inspirer et surtout guider. Ce qui est entrepris à l'échelle de l'individu doit être répliqué à l'échelle des sociétés pour espérer un élan collectif de plus grande envergure qui viendra, je l'espère, faire réagir nos gouvernements." Vous avez le pouvoir de sensibiliser vos collaborateurs et même votre direction en ouvrant le dialogue sur les causes écologiques qui vous tiennent à coeur. 

Pour introduire des changements sur le long terme au sein de l’entreprise, un travail de fond sur la sensibilisation, voire la formation des collaborateurs est indispensable. Il est parfaitement possible de sensibiliser votre patron ou vos RH à l’importance de ces investissements. Un travail de communication interne devra être mené en continu pour ancrer dans les habitudes et les moeurs de l’entreprise cette eco-attitude.

Qui sait ? Vous pourriez changer l'avenir de votre boîte en ouvrant le dialogue demain à la machine à café...



    Partager cet article :

Comments