Le 27 novembre prochain aura lieu le Black Friday. Si les commerçants français se sont déjà préparés à ce type d’événements par le passé, cette fin d’année 2020 est placée sous le signe de l’incertitude à cause d’une crise sanitaire sans précédent. Découvrez comment le secteur logistique peut gérer cet évènement très attendu malgré la pandémie !

L’enjeu décisif du pic de fin d’année

Chaque année, c’est le même refrain. Votre entreprise doit rentrer dans ses objectifs. Pour y parvenir, cette dernière opte généralement pour un sprint dès l’arrivée de l’automne. Jusqu’ici tout va bien, rien de très nouveau. Mais l’année 2020 ne ressemble à aucune autre. L’enjeu du pic de fin d’année à l’ère du COVID-19 est beaucoup plus important qu’autrefois pour préserver la santé de votre business.

L’incertitude est désormais le maître-mot à l’heure où un reconfinement possible avant Noël est à l’étude. Selon l’Association Nationale des Industries Alimentaires (Ania), 40 % des entreprises rencontrent actuellement des difficultés d'approvisionnement, notamment en terme d'emballages et de matières premières agricoles. Cela étant, le nombre de cyberacheteurs en France s’élève aujourd’hui à 40 millions, soit quasiment une personne sur deux. Un chiffre stable par rapport au premier trimestre 2019. (Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie).


Des chiffres encourageant lorsque l’on sait que le Black Friday 2019 avait battu le record historique d'achats en France sur une journée : 56 millions de transactions par carte bancaire en une journée et 6 millions d'achats de plus qu’en 2018 (BFM TV).

Dans le cas du géant de l’e-commerce Amazon, l’entreprise a décidé de lancer la "Black Friday Week", toute une semaine de promotions qui débutera le lundi 19 novembre 2020 et qui prendra fin le lundi 30 novembre au matin du Cyber Monday. Si la plupart des enseignes prolongent déjà leur Black Friday, il paraît judicieux d'optimiser au maximum en amont la démarche commerciale la plus attendue de l’année à la veille des fêtes.

Etant donné que les frontières entre les magasins physiques et en ligne s'estompent (la fameuse tendance retail “Phygital”), on peut s'attendre à ce que les détaillants adoptent une stratégie omnicanal forte. Comme l’explique Alyda Le Hane, Conseillère principale en chaîne d'approvisionnement chez DSV :

“Si vous vous lancez dans le commerce électronique omnicanal, vous avez besoin de différentes stratégies de chaîne d'approvisionnement pour vos différents groupes de produits.”

Ainsi, il ne tient qu’à vous d’organiser au mieux vos différentes stratégies en fonction de vos groupes de produits et types de clients. Pour faire face aux perturbations dans leur chaîne logistique, il est recommandé pour les entreprises de mettre en place des cellules de gestion de crise en donnant de la visibilité aux clients sur les niveaux de stock disponibles ou encore de réduire le cycle de prévision des ventes.

Récemment, les entreprises qui ont utilisé le DDMRP (Demand Driven Material Replenishment Planning) ont mieux géré la crise. Cette méthode de planification de la production apporte des solutions aux entreprises souhaitant optimiser la gestion de leurs stocks en fonction de la demande sur le marché. Il s’agit d’une réponse efficace aux nombreux enjeux des supply chain managers. D’autre part, l'inventaire permet de corriger les écarts entre les niveaux de stocks informatiques et réels :

“Les gens parlent souvent du coût de la logistique. Je dirais qu'il s'agit du coût de la logistique en raison de vos pratiques d'inventaire, et vos pratiques d'inventaire sont le résultat de votre stratégie de chaîne d'approvisionnement.”

(Alyda Le Hane, Senior Supply Chain Advisor chez DSV)

Nouveau call-to-action

L’intérim à la rescousse !

Si vous êtes encore réticent à l’idée d’engager des intérimaires dans vos entrepôt, n’oubliez pas qu’il s’agit d’une main-d’oeuvre réactive dans les moments d’urgence tels que la crise sanitaire que nous vivons aujourd’hui. En 2018, 55% des employeurs du secteur logistique ont eu recours à l’intérim de manière régulière (Alliance Logistics). Un taux nettement supérieur à celui observé pour l'ensemble des secteurs.

Contrairement à d’autres secteurs comme l'Hôtellerie-Restauration et le tourisme, la logistique reste assez plébiscité notamment dans l’industrie agroalimentaire. Les intérimaires ont joué un rôle important dans l’urgence de la gestion des stocks pendant le COVID. Avec l’explosion du e-commerce, on peut dire que la logistique est en bonne posture. Malgré les difficultés actuelles, elle reste un levier de compétitivité essentiel pour les entreprises comme pour les territoires.

Innovant aussi bien sur l’énergie que sur la transformation numérique ou les nouvelles organisations du travail, ce secteur a toutes les clés en main pour s’adapter au pic de la fin d’année 2020.

Pour en savoir plus sur les avantages de recruter en intérim, découvrez notre Livre Blanc 2020 en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Nouveau call-to-action

    Partager cet article :

Comments