La crise sanitaire provoquée par le coronavirus soulève de nouvelles questions inédites auxquelles les managers doivent maintenant faire face. Comment trouver l’équilibre entre la volonté de maintenir à flot une entreprise tout en s’assurant du bien-être des salariés ?

En situation de crise, les diverses réactions des salariés sollicitent plus que jamais l’écoute et l’empathie des managers

Les salariés réagissent tous différemment lorsqu’ils sont confrontés à de telles conditions de travail et de vie. Les difficultés émergent : fragilisation des embauches, chômage partiel, baisse de moral, jongler entre les enfants et le travail sans pouvoir sortir…

Le bien-être des employés est un vecteur de réussite pour une entreprise, il est donc primordial de s’assurer que ce dernier ne fléchit pas trop, et plus particulièrement encore lors de cette période par laquelle personne n’est épargné.

Les télétravailleurs ont tendance à se sentir esseulés, plus exposés au stress et leur santé mentale peut en prendre un coup. Ils attendent de leur managers une ligne directrice aussi claire que les circonstances le permettent concernant la suite des événements. Mais ils ont surtout besoin de transparence et d’empathie.

Les salariés et leurs managers doivent composer un corps commun afin de faire face à la situation délicate. Certains managers vont réduire leurs efforts communs et les salariés vont vouer à l’entreprise une implication plus grande que d’habitude afin de pallier les manques. Le sentiment d’humanité profond unissant tous les individus au sein de l’entreprise assurera sa pérennité.

L’empathie est une qualité qu’un bon manager doit de toute manière posséder, quelles que soient les circonstances. Mais elle doit être utilisée avec précaution. Il serait plus prudent qu’il garde la tête froide afin de prendre les décisions les plus justes. Par exemple, lorsque des discussions épineuses telles que le télétravail sont abordées, il se doit d’étudier attentivement la situation de chacun des employés.

Et pour se faire, le meilleur moyen est d’entretenir un relationnel étroit avec chacun d’eux.Certains salariés sont seuls lors de cette période de confinement et les relations professionnelles sont peut-être les seules relations qu’ils ont avec le « monde extérieur » . En prenant régulièrement de leurs nouvelles, vous vous assurez que leur moral se porte bien. De plus, vous pourrez par la suite consacrer plus de temps à ceux qui en ont besoin, car ils réagissent peut-être moins bien à l’enfermement. Un élément indispensable à un bon relationnel est la transparence.

recruter maintenant

La transparence peut améliorer considérablement la qualité du télétravail

Lorsque l’on est transparent avec quelqu’un, on inspire à ce dernier de l’honnêteté. Et l’honnêteté est la base de toute relation solide et durable. Cependant, il faut encore prendre en compte les différentes réactions que peuvent susciter l’honnêteté. Les discussions fusent mais l’on manque souvent d’informations, il est donc plus sage de ne communiquer que sur ce dont nous sommes certains. En effet, partager ses doutes peut inutilement affoler les personnes les plus sensibles. A quel point faut-il donc être transparent ?

Afin de préserver le moral global des individus de l’entreprise, la solution la plus avisée est de ne communiquer que sur ce qui est nécessaire au travail de chacun. A l’issue de longues discussions entre les managers ou responsables, après avoir pris en compte tous les paramètres, il sera alors possible de trancher sur les questions essentielles et de rassurer les salariés. Une nouvelle fois, la communication et le relationnel sont de très bons outils afin de rassurer. Certaines personnes sont soucieuses de perdre leur travail lors du retour à une situation « normale ». D’autres s’inquiètent pour l’opportunité qu’ils venaient de décrocher, avant que le confinement ne mette la vie de tout le monde en arrêt total. Ces personnes veulent simplement communiquer leurs doutes et leurs peurs. Les meetings réguliers en vidéo sont alors un très bon moyen de sentir l’état d’esprit ou la présence de quelqu’un. De plus, ils ont l’avantage d’éviter les quiproquos et les incompréhensions, courants avec la communication écrite. Favoriser les petits groupes délie plus facilement les langues, et chacun se sent plus libre de s’exprimer.

Cette période de confinement ne s’annonce pas aisée malgré l’entrevue d’un retour à la normale proche, mais la reconnaissance mutuelle liant les différents individus au sein d’une entreprise aidera fortement à sortir grandi de cette épreuve difficile.

    Partager cet article :

Comments