Cet article fait partie d'un dossier sur la reprise d'activité dans le secteur de l'hôtellerie/restauration que vous pouvez retrouver juste ici :

Comment l’intérim peut accompagner en douceur la reprise en hôtellerie restauration

Déconfinement - 3 conseils aux restaurateurs et hôteliers pour préparer la reprise

Le guide complet pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre en Hôtellerie & Restauration

 

Les bars et les restaurants vont rouvrir très prochainement. Enfin ! C’est un véritable soulagement pour le secteur de l’hôtellerie-restauration. Le bout du tunnel. 

Mais ne nous réjouissons pas trop vite. La reprise présente de nombreux défis. Il y a encore beaucoup à faire pour remettre à flot nos cafés, hôtels et restaurants. 

Le principal challenge ? Le recrutement. Voici 4 recommandations pour éviter de se retrouver en sous-effectif face à la forte demande qui s’annonce. 

 

Reprise des restaurants en mai 2021 : un soulagement…

Dans son discours du 31 mars dernier, le président de la République a annoncé la réouverture des terrasses et de certains lieux de culture. 

C’est l’un des secteurs les plus éprouvés par la crise. L’Insee donne par exemple le chiffre de 3 200 destructions d’emploi et 76 % d’embauches en moins au deuxième trimestre 2020.

D’après le calendrier officiel, les terrasses vont réouvrir le 19 mai. Puis, les établissements pourront accueillir le public à l’intérieur à partir du 9 juin (avec une limite de 6 personnes par table). 

Cette mesure est très attendue non seulement des restaurateurs, mais aussi des Français qui ont hâte de pouvoir retrouver ces moments de convivialité.

 

… mais il va falloir gérer les difficultés de recrutement

Avant la pandémie, le secteur qui emploie 750 000 salariés en France était déjà en tension.

Après 6 mois de fermeture, beaucoup d’incertitudes planent sur le retour de l’ensemble des équipes.

D’après l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), le GNC (Groupement national des chaînes hôtelières), le GNI (Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration) et le SNRTC (Syndicat national de la restauration thématique et commerciale) près de 100 000 professionnels pourraient faire défaut au moment de la reprise du secteur.

Beaucoup d’anciens serveurs ou de cuisiniers ont préféré se reconvertir, afin de trouver une activité épargnée par la crise ou simplement plus flexible. 

La tension risque d’être particulièrement forte avec l’approche de l’été. Les restaurateurs pourraient paradoxalement se trouver dans l’incapacité de répondre à la demande des consommateurs. 

« Ce qui va être compliqué, c’est que tout le monde va devoir recruter en même temps, notamment concernant la main-d’œuvre qualifiée. Beaucoup de personnes ont été découragées et ont jeté l’éponge suite aux différentes fermetures, » explique Nicolas Thomas, chef du restaurant La promenade à Toulouse.

Nous le constatons nous-mêmes, car Bruce reçoit déjà énormément de demandes urgentes de restaurants. Ils se disent prêts à élargir leurs critères de sélections pour pouvoir trouver la bonne personne.

 

(Ré)enchanter le client après un an de crise sanitaire : l’enjeu des RH en hôtellerie-restauration

 

Comment préparer la reprise — 4 recommandations simples et pratiques

 

1/ N’attendez pas le dernier moment

 

Il faut anticiper dès maintenant la reprise. Le moment venu, tous les restaurateurs vont se précipiter sur le personnel qualifié et expérimenté. 

Nous risquons d’assister à une véritable guerre des talents. Cela peut demander un effort de planifier soigneusement les mois à venir après avoir vécu dans le flou depuis plus d’un an. 

Préparez-vous à répondre à une demande importante. 

 

2/ Utilisez les plateformes de recrutement en ligne

Il faut anticiper les besoins en personnel, tout en restant prudent. Il faut s’adapter aux évolutions du contexte sanitaire. 

D’après une étude menée par Maéva.com, 45 % des Français envisagent de réserver moins d’un mois avant leur départ. 

Ci-dessous, les chiffres des sites web montrent que les réservations se font à la dernière minute (entre 2 et 7 jours avant l’arrivée !). 

 

 

La solution, c’est l’intérim digital. Les restaurateurs peuvent recourir à des contrats courts. L’intérim permet de faire au pic d’activité attendu tout en prenant en compte le manque de visibilité.

Les restaurateurs évitent ainsi de fragiliser encore leur entreprise. 

En utilisant une plateforme comme Bruce, il est même possible de recruter du jour au lendemain.

Le recrutement digital permet de faire tout le processus de recrutement à distance, avec des entretiens en vidéo ou en visioconférence ; du premier contact à la signature du contrat, tout se fait en ligne.

C’est un véritable avantage, car, comme l’explique Thomas Labarrede, gérant du Sababa, « d’habitude, les étudiants passent au restaurant pour déposer leur CV. Là, ce n’est pas le cas. »

Bref, l’intérim offre une solution pragmatique aux professionnels : il permet de repérer des profils qui ont du potentiel pour leur proposer ensuite un CDI.

L’employeur peut embaucher en toute sérénité tout en donnant sa chance au jeune diplômé. C’est un contrat gagnant-gagnant.

 

3/ Faites appel aux étudiants

Selon une étude de l’Observatoire national de la vie étudiante, un tiers des étudiants français déclarent rencontrer des difficultés financières depuis le début de la pandémie. 

Il y a là une rencontre entre le problème de pénurie de main-d’œuvre du secteur hôtellerie-restauration et la nécessité de trouver un emploi pour la communauté estudiantine.

C’est ce qui fait dire à Hervé Becam, vice-président confédéral de l’UMIH : « Nous avions sous-évalué le potentiel des étudiants qui sont pressés de retrouver des emplois d’été ».

 

4/ Cherchez de nouveaux profils avec un savoir-être (soft skill)

 Cette crise nous oblige à avoir un esprit plus ouvert. Le but aujourd’hui est de créer des vocations pour un métier exigeant, mais passionnant », affirme Nicolas Thomas, chef du restaurant La promenade à Toulouse.

 

Le secteur part en effet à la reconquête de candidats sur le marché du travail. 

À défaut de disposer de personnel formé, les restaurateurs ont l’occasion de permettre à des novices de faire leurs preuves.

La nécessité conduit à accepter des profils sans expérience ; pour autant, les gérants des bars et restaurants devraient chercher surtout des qualités liées au savoir-être, comme le souci du service client, l’amabilité, la ponctualité…

Face à la pénurie de profils, le secteur a tout à gagner à intégrer la jeune génération. Celle-ci pourra, avec un accompagnement adéquat, acquérir les compétences qui lui manquent sur le terrain.

(Ré)enchanter le client après un an de crise sanitaire : l’enjeu des RH en hôtellerie-restauration

Le mot de la fin

On assiste donc à un renouvellement des effectifs. Et si cette reprise comporte de périlleux défis, elle offre aussi des opportunités, tant pour les restaurateurs que pour les novices.

Le recrutement digital propose aussi une nouvelle façon de recruter adaptée au contexte économique de ce monde d’après : souple, réactif et efficace. 

Le 18 mai Bruce organise un webinaire avec la Directrice Talents et culture du Molitor au cours duquel elle partagera son retour d'expérience sur la manière dont elle prépare la reprise. https://bruc.ee/inscription

    Partager cet article :

Comments

Inscrivez-vous à notre prochain webinaire

Esther de la Fuente, directrice adjointe de l'hôtel Elysa à Paris nous parlera de la façon dont elle fidélise sa clientèle grâce à un niveau de service et d’accueil client supérieur à la concurrence.

Recevez nos actualités et conseils pour l'emploi :