De tout temps, le travail temporaire est essentiel dans le monde du travail parce qu’il permet de faire face à un pic d'activité ou de remplacer un collaborateur en congés. Aujourd’hui, dans une certaine mesure et pour certains métiers, le travail en intérim est aussi concerné par des nouvelles normes de travail comme le télétravail. L’adoption du télétravail s’est fortement accélérée depuis le début de la crise sanitaire.

Intérim et télétravail, en opposition ?

 

Alors que le travail intérimaire peut souvent faire les frais d’idées reçues, on se rend bien souvent compte que beaucoup de préjugés sont faux. L’intérim, par exemple, ne permet pas uniquement d’obtenir des emplois non-qualifiés, mais propose tous types de postes, y compris pour des cadres. Certains emplois en intérim sont aussi des emplois de bureau, ce qui signifie qu’intérim et télétravail n’entrent pas en opposition. Le télétravail en intérim peut même être privilégié dans certains métiers, comme ceux du service. La crise sanitaire a permis aux intérimaires autant qu’aux employés en CDI ou en CDD de bénéficier du télétravail et donc ne pas avoir à se rendre dans les locaux de leur entreprise.

 

Télétravail et tertiaire 

Le secteur le plus propice au télétravail, et ce même pour les salariés intérimaires, est le secteur tertiaire puisque ce sont généralement des métiers dits “de bureau”. Ainsi, les métiers liés à l'informatique, l'écriture ou au conseil comme : chargé de ressources humaines, conseiller commercial, technicien informatique, téléconseiller, conseiller multilingue, chargé de service après vente… ne sont pas dépendants de fonctions qui nécessitent une présence physique et peuvent s’effectuer à distance.

 

Les intérimaires ont les mêmes bénéfices que les salariés permanents

En ces temps difficiles, les entreprises doivent poursuivre leur activité quitte à modifier leur cadre de travail traditionnel. Et contrairement à ce que l’on peut penser, les salariés intérimaires sont bel et bien éligible à cette pratique de plus en plus populaire qu’est le télétravail.

Les intérimaires doivent bénéficier des mêmes conditions de travail que n’importe quel salarié permanent à l’entreprise qu’ils rejoignent. Ainsi, si l’activité pour laquelle ils sont embauchés leur permet de télétravailler, rien ne leur interdit d’effectuer leur mission à distance, depuis chez eux.

Télécharger l'app Bruce !

Les obligations de l’employeur envers leurs salariés

Lorsque le télétravail est possible pour l’employé, la société d’accueil a pour obligation de vérifier que ses salariés intérimaires bénéficient des conditions de travail nécessaires pour mener à bien leur mission. Ainsi, ils doivent avoir accès à une bonne connexion internet, à un ordinateur et potentiellement à une webcam et un micro ou encore à des logiciels spécifiques fondamentales pour le déroulé de la mission. Si l'intérimaire ne possède pas son propre matériel informatique, l’entreprise utilisatrice peut lui prêter le matériel requis afin que l’employé mène au mieux la mission qui lui est confiée. 

Par ailleurs, l’employeur a le devoir de fournir à tous ses employés intérimaires un service d’appui technique. L’entreprise doit également les tenir informés de toutes les restrictions liées à l’utilisation du matériel et des services mis à leur disposition. D’autre part, pour que les télétravailleurs intérimaires fournissent les services qui leur sont demandés dans le cadre de l’annonce publiée, l’entreprise doit s’assurer que l’intérimaire ait reçu des objectifs clairs, un suivi régulier et qu’il ait accès à toutes les informations dont il a besoin pour effectuer sa mission.

Si vous avez désormais envie de trouver la mission qui vous correspond, vous pouvez vous rendre sur notre site www.bruce.work ou bien télécharger l’application Bruce. Vous y trouverez toutes nos offres de CDD, CDI et contrats en intérim, dont certains en télétravail. Bruce recrute partout en France en mettant l’intelligence au service de votre réussite. Alors ne tardez plus et trouvez votre prochaine aventure professionnelle !

    Partager cet article :

Comments